Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Années 1980. Régates, encore… Claquements métalliques d’une drisse sur le mât, chuintement de l’eau, vrombissement des voiles dans le vent… Bercés par le tangage régulier du voilier qui trace son sillage, engoncés dans nos cirés rouges, mes compagnons et moi, battions la mesure de nos trois paires de bottes, au contact de la coque, assis au rappel, au vent. Nous progressions lentement vers Albion. Régulièrement, une giclée d’embruns aspergeait froidement notre silence stoïque. Le regard perdu sur l’horizon mouvant, fasciné par le jeu incessant des nuages, des vagues, et de leur inimitable kaléidoscope de couleurs, je laissais vagabonder mon imagination. Quels contrastesAllée-Verte saisissants : par un jeu d’ombres et de lumières que seul ponctuait le vol d’un goéland, des mirages dévoilaient tour à tour îles, arbres, monuments aztèques, donjons abandonnés, ou encore phares d’un autre âge… Une infime partie de la  mécanique du mouvement des vagues daignait se livrer peu à peu à l’observateur envoûté que j’étais. Des crêtes écumantes et des creux sombres en dessinaient les lignes de force. Hokusai avait tout compris à cette logique, sa Vague en était l’expression parfaite. Et pour saisir tout cela, rien de tel que d’être assis au ras  des vagues !

 

« Alors, Georges, inspiré pour une future exposition ? ». Mon ami Thierry m’extirpa brutalement de ma rêverie. « Heu, oui, l’artiste cherche une galerie ». Lui et son copain P hilippe, propriétaires de ce fringant neuf mètres blanc, étaient à l’origine de ce téméraire défi dont la finalité me fichait une trouille bleue. J’étais probablement aussi candide que passionné, convaincu de tenir en main les clés d’une probable vocation, susceptible de me sauver de l’ennui pourtant bien rétribué de ma terne vie professionnelle d'alors.

 

Porté par l’enthousiasme, chaleureusement encouragé par mes sympathiques acolytes « voileux », suivis par d’autres équipages qui leur avaient emboité le pas, je pensais enfin avoir trouvé le « punch » pour me dessiner une nouvelle voie lactée…

Tout au long des années 80’, les paysages maritimes évoluèrent et devinrent prétexte à la réflexion, laissant l’imaginaire flirter de plus en plus souvent avec une forme de surréalisme. Le public se diversifia appréciant ce style et cette démarche originale. Les expositions se succédèrent avec bonheur de Bruxelles à Paris, de Bruges à Gand…

Partager cette page

Repost 0
Published by